Seuls. Nous étions les seuls touristes à sauter dans ce bus en direction de Carmen, Bohol, un jeudi à 18h. Pourtant, c’est bien là qu’on y voit les célèbres Chocolate Hills. Les locaux s’inquiétaient même d’où on allait loger. Quand le bus nous a descendus dans la ville en question, notre déception était totale. Notre pension familiale, bien que très propre, était trop tranquille. Le seul restaurant conseillé par notre hôte servait de la nourriture infâme. Pourquoi avions nous suivi les recommandations de ces français rencontrés sur notre chemin? Pourtant, il se cachait là des moments mémorables!

image

Pour jouir d’une liberté de déplacement, nous avons loué la motocyclette de notre hôte, Andy. Oui maman, nous avions des casques! La vue des Chocolates hills recevant leurs premiers rayons de soleil était certe splendide et les tarsiers de la réserve de Loboc sont à ne pas manquer, mais nos plus beaux souvenirs sont ceux qui ne se captent pas via notre objectif.

image

C’est d’abord la chaleur de nos hôtes qui nous ont fait découvrir gracieusement de délicieux plats traditionnels et qui nous ont transmis l’amour de leur village en marchant à travers les rues étroites, qui restera gravé à nos mémoires. C’est aussi la curiosité des philippins à notre vue, leurs désirs de nous parler, de nous saluer ou même de nous prendre en photo. C’est la beauté des paysages de la jungle, des rizières et des montagnes mise de côté à cause de toutes ces plages paradisiaques.

image

C’est de nous perdre en chemin et demander notre direction à des locaux visiblement surpris de nous voir débarquer. C’est notre petite intrusion dans une réunion familiale sur la plage publique de Anda, pendant laquelle nous avons échangé des sourires et des photos (ils avaient attiré mon attention puisqu’ils avaient amené une machine de karaoké!).

image

C’est notre arrêt à la station d’essence où une petite famille s’était réfugiée pour se protéger de la pluie soudaine, avec qui nous avons échangé quelques mots. Ou même la petite échoppe de bord de route où nous nous sommes arrêtés pour boire un jus de coco frais en compagnie de deux locaux peu bavards.

image

Bref, c’est le côté humain que nous ne retrouvons pas en voyageant en autobus qui nous a émue. J’ai peut-être aussi un peu… beaucoup aimé attirer l’attention en étant seulement moi; blême avec un long nez!

Publicités

Rédigé par Véronique Forget

Passionnée par la beauté de la nature, j'ai besoin du sport et des voyages pour m'accomplir.

Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s